Assemblée générale annuelle du 7 juin 2019

ASSOCIATION DES ANCIENS DÉLÉGUÉS DU QUÉBEC

Assemblée générale annuelle du 7 juin 2019
à Québec au Château Bonne Entente,
salle Montecristo

L’assemblée est ouverte ponctuellement à 11 heures en présence de 23 membres.

La présidente de l’Association, Mme Suzanne Éthier, présente le programme général et l’ordre du jour, qui est adopté. L’assemblée est prévenue que l’ordre du jour pourrait être ajusté selon les exigences d’horaire particulier de l’invitée d’honneur, Mme la ministre Girault, qui donne aussi aujourd’hui une conférence de presse.

Rapport de la présidente.
La présidente remercie chaleureusement les membres du conseil de direction pour leur travail de l’année et note que l’Association a tenu huit activités en 2018-2019, en plus grand nombre à Québec qu’à Montréal.

À Montréal,
– Jocelyn Coulon, qui a examiné l’état des engagements du premier ministre Trudeau quant au « retour du Canada dans le monde ».
– Raymond Bachand, qui a fait le point sur les négociations de l’Accord Canada – États-Unis– Mexique.
– Claude Hauser, président, qui a exposé les nouveaux mandats de l’Association internationale d’Études québécoises (AIEQ).

À Québec,
– Denis Bédard, qui a traité des difficultés du cadre budgétaire Québec.
– Daniel Mercier-Gouin, qui a expliqué la gestion de l’offre et son implication dans les récents accords de libre-échange.
– La consule générale de France Laurence Hagenauer (en fin de mandat).
– Jacques Lévesque, sur les relations de la Russie avec les États-Unis et la Chine.
– Rencontre chez la consule générale des États-Unis Allison Areias-Vogel, en coopération avec l’Association québécoise des anciens élèves de l’ENA (AQUAENA).

– Plusieurs membres de l’AADQ ont assisté à une réception à l’invitation des HEI de l’université Laval, étendue aux membres de l’AADQ, à l’occasion de la fin de l’École d’hiver 2019 des HEI. L’Institut québécois des hautes études internationales a été remplacé à la fin mars par la nouvelle École supérieure d’Études internationales.

AIEQ – La présidente rappelle l’intervention de l'Association auprès de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie (MRIF), Mme Christine St-Pierre, au soutien de l’Association internationale des Études québécoises (AIEQ) dont l’avenir a été menacé. Il n’y a pas eu d’accusé de réception, ni d’autre signal en 2018.

Décès – l'Association a transmis ses condoléances à la famille de M. Paul Gérin-Lajoie à l’occasion de son décès, ainsi qu’à Mme Louise Beaudoin, à l’occasion du décès de son mari.

Formation du personnel – l'Association a poursuivi en 2018-1019 les démarches amorcées auprès du MRIF afin d’apporter son concours et ses recommandations concernant la formation des chefs de poste représentants du Québec à l’étranger. À la suite du changement de gouvernement, les relations ont été établies, et le sujet abordé, directement avec le cabinet de la nouvelle ministre, Mme Girault.

Élections au conseil

Mme Michelle Bussières a accepté de présider cette partie de l’assemblée.
Plusieurs membres ont renouvelé leur mandat et il y a un nouveau secrétaire-trésorier.
Le conseil de direction est composé de membres élus pour un an et d’anciens présidents et présidentes qui, ayant vocation à y participer (sans droit de vote), se sont prévalus de cette pratique établie.

Le conseil de 2019-2020 est composé de :
Présidente : Suzanne Éthier
Vice-président : François Bouilhac
Secrétaire-trésorier : François LeDuc
Administrateur : René Milot.
Anciens présidents et présidente : Léo Paré, Jean-Marc Blondeau, Michelle Bussières.

René Milot, à titre de responsable des communications, a saisi l’occasion pour inciter vivement les membres à répondre avec toute diligence aux invitations qu’il communique, pour signaler leur intention de présence à l’événement annoncé. C’est indispensable pour la logistique.

Rapport du secrétaire-trésorier

Le secrétaire-trésorier sortant M. Marcel Gaudreau dépose son rapport détaillé, joint à l’Annexe I.

Points saillants :

L’Association compte actuellement 59 membres.
Les entrées en 2018-1019 ont été de 2240,00 $
Les dépenses ont été de 2024,30 $
L’encaisse au compte de l’Association est aujourd’hui de 5822,49 $

Questions, commentaires et suggestions d’activités

État de l’entente avec l’ÉNAP pour la bourse Paul-Gérin-Lajoie.

Lors de la création de ce Programme de bourses en 2015, l’AADQ a fait un don unique de 1 000$ au Fonds de l’ÉNAP qui le gère, pour figurer parmi les contributeurs. Ce don étant unique, l’Association a accompli son engagement, au regard de l’entente, qui est maintenant terminé.

Collaboration avec l’Association québécoise des anciens élèves de l’ÉNA (AQUAÉNA).

Christian Deslauriers, également membre de l’AQUAÉNA, déclare avoir mandat de cette association de proposer à l’AADQ une collaboration plus suivie. Il cite le succès de la rencontre chez la consule générale des États-Unis, où la participation fut composée environ moitié-moitié par les membres de ces deux associations. La présidente remercie et répond qu’elle est heureuse de l’offre.

Activités, invitations suggérées :

– Jean P. Vézina. On suggère d’inviter cet ancien haut-fonctionnaire, dont l’analyse critique « La Fonction publique malmenée » (Septentrion, 2018) a été remarquée.

– Denis Vaugeois. Les « Entretiens » avec Stéphane Savard publiés récemment constituent en quelque sorte des mémoires de l’historien, éditeur et ancien ministre. Il est invité à rencontrer les membres l’automne prochain. Date à déterminer.

– Frédéric Gagnon et Julien Toureille, de l’UQÀM. On suggère d’inviter un de ces professeurs de l’UQAM spécialistes des Etats-Unis.

– André LaBonté. Jadis du Conseil du Trésor, ancien président d’un comité international de l’ISO sur les normes industrielles mondiales en informatique. Les luttes d’intérêts ayant eu pour enjeu crucial la lisibilité et l’utilisation de la langue française à l’écran, dans les applications et sur le web.

– Louis Balthazar, sur les États-Unis également. On observe que cela dépendrait du contexte de la fondation de l’Institut de la diplomatie.

– L’OACI. Voir ce qu’on pourrait aborder comme thème à Montréal avec une personnalité de l’OACI.

– Christian Rioux, Frédéric Gagnon. Il est signalé que les approches antérieures auprès de C. Rioux et F. Gagnon sont restées sans réponse.

– CORIM. La question est soulevée de la faisabilité d’un rapprochement avec le CORIM. En réplique, on met en perspective le coût élevé de la participation et le fait que les conférences sont télédiffusées au canal Savoir.

– ÉNAP. Diverses interventions suggèrent de voir dans le milieu de l’Énap à Montréal qui on pourrait inviter, et d’examiner également s’il y aurait lieu de s’associer en quelque façon à l’Énap.


Fin de la première séance de l’assemblée, levée à 11 h 30.

Réception, repas et allocution de la ministre

Les membres sont conviés à partager le verre de l’amitié, tandis que la présidente et le vice-président vont accueillir l’invitée d’honneur, la ministre des Relations internationales et de la Francophonie, Mme Nadine Girault et M. Marc-Antoine Trudel, de son cabinet. Les autres membres du conseil sont présentés aux invités au cours d’un bref échange. La ministre va saluer les membres de l’Association avant le repas.

Allocution de la ministre
La présidente Suzanne Éthier présente la ministre Girault, notant l’étendue de son expérience de gestionnaire dans le monde des affaires et le milieu financier ainsi que son engagement dans la vie communautaire.

La ministre expose les priorités du gouvernement ainsi que ses vues sur la formation du personnel et la création d’un Institut de la diplomatie, le rendement des missions ministérielles, la coordination interministérielle, certains aspects de l’organisation du Ministère et les délégations de l’avenir.
(voir le compte rendu en Annexe II)

La ministre répond aux questions et commentaires des membres, puis est remerciée par le vice-président François Bouilhac, qui note son enthousiasme communicatif et sa détermination.

Reprise et fin de l’assemblée

L’assemblée reprend brièvement à 13h45.
La question est posée de comment on entrevoit la relation à venir avec le MRIF.
La présidente rappelle qu’elle et le vice-président sont en contact avec le cabinet et que la ministre elle-même paraît contente de la direction des choses.
Il est suggéré de réinviter la ministre quand ses projets seront plus avancés.

La séance est levée et l’assemblée générale prend fin à 13h50.

Addendum
Au moment de livrer le présent compte rendu, l’ensemble des membres du conseil de direction de l’AADQ remercie vivement Marcel Gaudreau pour son dynamisme et son travail à titre de secrétaire-trésorier de l’Association. Sa contribution à la vie organisationnelle a été constante et très appréciée.

________________


Adopté en conseil le 27 août 2019

François LeDuc
Secrétaire-trésorier



Annexe I
Rapport du secrétaire-trésorier déposé le 7 juin


Annexe II
Allocution de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie et période de questions et commentaires




ANNEXE I

Rapport du secrétaire-trésorier

L’unique source de revenus de l’AADQ est la cotisation annuelle de 40 $, versée par chacun des membres. 56 membres de l’AADQ ont versé cette cotisation

Total de l’encaisse au 7 juin 2019 : 5, 822.49 $

Nb : 3 membres ont omis de verser leur cotisation annuelle en 2018 -2019. Deux membres ont versé des cotisations anticipées pour l’année à venir. Les noms et coordonnées de trois membres ont malheureusement dû être retirés des listes, suite à de multiples rappels qui sont demeurés sans suite au cours des deux dernières années. Ces derniers ne participaient plus aux activités de l’AADQ.

Dépenses totales du 7 juin 2018 au 07 juin 2019 : 2024.30 $

Détails :

-Frais pour l’assemblée générale annuelle du 7 juin 2018 : 432.35 $

-Frais de repas et de cadeaux pour les conférenciers invités : 789.02 $

- Frais de déplacement : 589.68 $

- Divers : Les droits annuels d’immatriculation de l’AADQ auprès du registraire des entreprises, gouvernement du Québec, pour 2019 ont été acquittés. Les frais bancaires mensuels de Desjardins ont été prélevés. Différents achats de classeurs, de papeterie, timbres , etc. : 217.25 $


Fait à Québec le 7 juin 2019 Marcel Gaudreau
Secrétaire-trésorier sortant




ANNEXE II

Allocution de la ministre des Relations internationales et de la Francophonie
et période de questions et commentaires

La présidente présente la ministre Girault, notant l’étendue de son expérience de gestionnaire dans le monde des affaires et le milieu financier ainsi que son engagement dans la vie communautaire.

Thèmes abordés

La ministre évoque comment elle a voulu dès son arrivée rencontrer les dirigeants de l’Association. Elle dit avoir peu d’expérience en diplomatie et être « en mode d’apprentissage rapide autant de la vie politique que du monde diplomatique ».

La ministre travaille actuellement à la mise à jour de la Politique internationale du Québec et à la préparation d’une stratégie de conquête des marchés étrangers, un mandat du premier ministre.

Le Ministère va appuyer fortement les priorités du gouvernement, en particulier ses orientations en matière de virage économique et d’immigration. Le gouvernement vise à augmenter « la force de frappe économique » du Québec.

Thèmes particuliers

Professionnaliser notre action.
Création d’un Institut de la diplomatie avec le concours des universités québécoises et de praticiens. Il devra contribuer à outiller les gens du réseau. Il y aura deux cursus : une formation continue pour les gens en poste et une formation pour ceux qui veulent y entrer. Neuf centres de recherche, chaires ou établissements universitaires québécois sont parties prenantes de l'initiative, dont le développement sera orienté par une Table de concertation présidée par la ministre (première réunion hier).

Création d’un Bureau des missions qui a existé autrefois et fut abandonné. Afin de coordonner les missions, « les rendre plus stratégiques ».

Délégations du futur : en soutien à l’écosystème québécois (p. ex. villes, universités, producteurs culturels, investisseurs, PME), être la plaque tournante et une vitrine.

Mettre fin au travail en silo. Par exemple, le Tourisme mène isolément ses campagnes. Il devrait être incorporé aux délégations. Pour la conquête des marchés, un mandat donné par le premier ministre, il faut orchestrer l’action des ministères et organismes, tels Export Québec et autres. Rassembler dans les délégations les divers intervenants publics, où le délégué deviendra le chef d’orchestre.

Vision Afrique et Francophonie.
Grandes perspectives de croissance dans le continent. Là aussi, prendre « un virage économique ».
Modifier notre approche. Viser « la collaboration et sortir de la coopération ».
Intention de publier une « Vision Afrique ».

Période de questions et commentaires

(Commentaires de la salle)
Quelle approche sur le terrain à l’égard des institutions fédérales (consulats, ambassades)?

(Ministre)
La ministre traite avec le fédéral, a l’intention de se connecter davantage pour travailler ensemble et profiter de leurs ressources financières.

(Commentaires de la salle)
Heureuses initiatives en matière de formation. Quelques réserves à l’égard des universités, « qui ont leur pré carré ». Tabler sur elles pour les idées, mais concernant le métier et le travail, miser sur les praticiens.

Bon diagnostic de la nécessité de coordination et de synergie. Ne pas négliger le rôle majeur de l’action culturelle pour la notoriété et l’image globale du Québec. On cite des témoignages élogieux de diplomates du Japon, du Mexique à l’égard du Québec. On souligne en réciproque l’importance de la connaissance du pays d’affectation.

(Ministre)
En pensant à « une vision globale », elle a rencontré tous les ministres impliqués. Il faut un grand travail en amont pour conclure des affaires. D’où le rôle crucial des chefs de délégation.

(Commentaires de la salle)
Importance de former les employés recrutés localement et de s’assurer qu’ils continuent de percevoir « le pouls du Québec ».

Défi d’intégration d’un Bureau des missions. À une époque, on a créé une plateforme administrative commune associant le Protocole, le Bureau des missions et le Bureau d’accueil des personnalités étrangères. Il s’agissait de rationaliser les ressources et de reprendre en compte la diplomatie, les contenus, car ces unités centrées sur les processus n’en tenaient pas beaucoup compte.

Concernant le « virage économique » : nos experts sont devenus des organisateurs de missions, perdant ainsi leur expertise.

(Ministre)
Il faut également un comité directeur de préparation des missions des étrangers au Québec.

(Commentaires de la salle)
Depuis la Chine, il était plus difficile de traiter avec le Bureau des missions que de conduire la mission elle-même. On doit veiller à ce que le chef de poste soit partie prenante.

Missions : les intérêts des entreprises sont différents de ceux du gouvernement. De plus, à voir les statistiques des exportations, on observe qu’une grande partie des secteurs échappent au contrôle du gouvernement.

Importance de bien suivre la politique des gouvernements étrangers, surtout aux États-Unis, et de cultiver à cet égard les liens avec les gens de gouvernement. Les États fédérés peuvent être là de précieux amis, comme en Allemagne et aux États-Unis.

(Ministre)
Les ministres et le niveau politique sont en effet très importants.

Fin de cette partie du programme
La ministre est remerciée par le vice-président François Bouilhac, qui note son enthousiasme communicatif et sa détermination