Communiqués et fils de presse

1

Communiqués

 

8 mars 2018

 

 


 

7 février 2017

Louise Beaudoin devient grand officier de la Légion d’honneur

L’ancienne ministre a été décorée par le président François Hollande, lundi

7 février 2017 | Christian Rioux - Correspondant à Paris | Actualités en société

Louise Beaudoin avait été élevée au rang de commandeur de la Légion d’honneur en 2004.
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienneLouise Beaudoin avait été élevée au rang de commandeur de la Légion d’honneur en 2004.

Alors qu’elle se demande qui reprendra le flambeau des relations entre la France et le Québec, l’ancienne ministre du Parti québécois Louise Beaudoin a été faite grand officier de la Légion d’honneur lundi à l’Élysée. Comme si une page se tournait pour les relations France-Québec comme pour le président à trois mois de son départ de l’Élysée, François Hollande avait tenu à décorer lui-même l’ancienne ministre de la Culture et des Relations internationales du Québec de ces insignes jusque-là réservés, au Québec, aux seuls premiers ministres René Lévesque et Robert Bourassa.

 

François Hollande a salué « une amoureuse de la France et une militante qui n’a jamais ménagé sa peine et son temps ». Rappelant le parcours de Louise Beaudoin, depuis son arrivée en France comme étudiante en sociologie en mai 1968 jusqu’à son rôle déterminant dans l’adoption par l’UNESCO du traité sur la diversité culturelle, il a estimé que Louise Beaudoin avait « joué un rôle irremplaçable dans l’approfondissement de la relation entre la France et le Québec. […] C’est grâce à vous qu’elle est aujourd’hui à ce niveau », a-t-il déclaré.

 

Fait inusité pour un tel événement, après la cérémonie, François Hollande a échangé une bonne vingtaine de minutes avec les invités parmi lesquels on remarquait l’ancien premier ministre socialiste Lionel Jospin, l’écrivain québécois et académicien Danny Laferrière, l’ancien ministre français Pierre-André Wiltzer et l’ancien ministre de la Culture du Liban Ghassan Salamé, aujourd’hui candidat à la présidence de l’UNESCO. Devant ces convives, François Hollande s’est notamment ému de l’attentat qui a frappé une mosquée de la ville de Québec la semaine dernière.

 

Où est la relève ?

 

L’ancienne ministre, qui avait reçu un appel du premier ministre Philippe Couillard quelques minutes plus tôt, était visiblement touchée. Selon les informations du Devoir, c’est le député socialiste de Paris Patrick Bloche qui est intervenu auprès du président pour que Louise Beaudoin accède à ce rang prestigieux qui n’a été dépassé, chez nous, que par l’homme d’affaires Paul Desmarais, grand ami de Nicolas Sarkozy.

 

Plus tard, devant une trentaine de convives réunis à la résidence de la déléguée générale du Québec à Paris, Line Beauchamp, Louise Beaudoin s’est interrogée sur la relève, évoquant même une certaine « dérive des continents » entre la France et le Québec. Rappelant que les films français représentaient aujourd’hui moins de 5 % des films projetés au Québec, l’ancienne ministre a affirmé que « les Québécois décrochent ! ». Selon elle, il faut « retrouver une façon d’intéresser les jeunes Québécois à la France », car, dit-elle, « toutes les grandes avancées du Québec à l’échelle internationale se sont toujours faites avec la France ». Bref, dit celle qui fut aussi brièvement déléguée générale du Québec à Paris, « il faut que l’on retrouve cette flamme québécoise pour la France. Moi, je passe le flambeau. C’est maintenant à vous d’y voir… ».